Le site tutolife.fr n'existe plus depuis juillet 2020. Le site est maintenant hébergé sur vie-professionnelle.fr.

AccueilContrats de travail › Bulletins de paie

Tout savoir sur les bulletins de paie

linkedin tweeter facebook

Le bulletin de paie est un document que vous recevez pour connaître le montant de votre salaire mensuel. En France, l'employeur a le choix du jour du versement : en début, au milieu ou en fin de mois.

Le service paie effectue les bulletins de paie de tous les salariés pour récapituler le montant de leur rémunération mensuelle. Pour certaines personnes, ce document est difficile à comprendre, c'est pourquoi, cet article va vous aider à déchiffrer les lignes et les chiffres pour, à l'avenir, vérifier l'exactitude de votre salaire.

  • SOMMAIRE AVEC LE MODELE DE BULLETIN DE PAIE DANS LA VIDEO DE 2016
  • La première étape consiste à noter les heures de travail. Sur le bulletin de paie, les heures se comptent de la manière suivante :

    7h00 de travail : 7.00,
    7h15 de travail : 7.25,
    7h30 de travail : 7.50,
    7h45 de travail : 7.75,
    Etc.

  • Le bulletin de paie se présente de cette façon (cliquez sur l'image pour agrandir)


    Bulletin de paie

    Toutes les mentions expliquées sur cette page sont obligatoires sur un bulletin de paie.

  • Dans l'en-tête du bulletin, on trouve les informations suivantes :

    Cliquez sur l'image pour l'agrandir.


    Bulletin de paie

    Identité de l’employeur

    - Raison sociale de l’employeur (01)
    - Adresse postale (02) : ne cherchez pas cette entreprise, elle n’existe pas.
    - Numéro de Siret (03) : avec 14 chiffres.
    - Code NAF (04) : il permet de désigner l’activité principale de l’entreprise.

    Références du bulletin de salaire

    - Période couverte par le bulletin de salaire (05) : en général, il est sur le mois en cours.
    - Date de paiement du salaire (06) : sur le modèle, le bulletin de paie recouvre tout le mois de juillet 2016 et le salarié a été payé le 31 juillet 2016.

    Congés payés

    - Le CP-N1 (07) : fait référence aux congés payés acquis l’année précédente. Ils sont généralement comptées du 1er juin au 31 mai.
    - Le CP-N (08) : comptabilise les congés payés de l'année en cours.
    - Acquis (09) : nombre de jours de CP que le salarié a cumulé pendant son temps de travail.
    - Total pris (10) : cumul du nombre de jours déjà utilisé par le salarié.
    - Solde (11) : cumul des jours restants à prendre.

    Sur le modèle du bulletin de paie ci-dessus, le salarié a cumulé 30 jours ouvrables de congés payés en 2015, soit N-1.

    Comment sont calculés ces 30 jours ?

    - Selon la loi, un mois de travail = 2,5 jours ouvrables de congés payés acquis.
    - On a 12 mois dans l’année, soit 2,5 x 12 = 30 jours ouvrables de CP acquis.

    Sur le modèle de bulletin de paie, pendant l’année 2015, le salarié a utilisé 19 jours de congés et il lui reste 11 jours à prendre.
    Pour l’année 2016, il a cumulé 5 jours de congés qu'il n'a pas encore utilisé.

    Si le salarié avait voulu prendre des vacances en août, il aurait pris jusqu’à 16 jours de vacances, soit, 11 + 5 = 16.

    Matricule et Numéro de Sécurité Sociale

    - Le matricule (12) : c'est le numéro du salarié au sein de l’entreprise.
    - NoSécu (13) : Numéro de Sécurité Sociale du salarié.

    Identité, adresse du salarié avec les références du poste occupé par le salarié.

    - Date d’entrée en poste (14) : Le salarié était rentré le 3 avril 2015 dans l'entreprise.
    - Emploi (15) : poste occupé dans l’entreprise. Sur l'exemple, le salarié était réceptionniste de nuit.
    - Ancienneté dans l’entreprise (16) : le salarié a une ancienneté de 4 ans.
    - Qualif (17) : statut du salarié : Employé, Cadre, etc.
    - Classification (18) : classification selon la convention collective.
    - Coefficient (19) : coefficient selon la convention collective.
    - SMIC Horaire (20) : valeur du SMIC horaire en euros fixé par la loi. En 2016, le SMIC était de 9,67 euros et change tous les ans.
    - Plafond sécu (21) : Plafond de la Sécurité Sociale fixé par la loi. Il est utile pour déterminer la base de calcul des cotisations. Les plafonds changent tous les ans.

  • Convention Collective applicable

    A référencer obligatoirement en pied de page pour connaître le type d’entreprise dans laquelle le salarié travaille. (22)

    Autre mention obligatoire

    "Conservez ce bulletin de salaire sans limitation de temps"

  • Cliquez sur l'image pour l'agrandir


    Bulletin de paie

    Nous allons d’abord vous expliquer brièvement à quoi correspondent ces chiffres, puis, nous vous détaillerons les calculs de bases.

    Salaire de base (23)

    Le salaire de base est la prestation versée par l'employeur à son salarié en contrepartie de son travail, selon le contrat de travail. Il est fixe, sauf quand il y a modification (promotion, mi-temps, temps plein, etc.)

    Le salaire de base correspond au taux horaire fixé par le contrat de travail multiplié au nombre d'heures de travail effectif. Il ne comprend ni les primes ni les heures supplémentaires, ni les avantages en nature.

    En revanche ils peuvent aussi apparaître :
    - Le salaire de rendement,
    - les commissions VRP,
    - Etc.

    Salaire brut (24)

    Le salaire brut correspond à l’intégralité des sommes perçues par le salarié prévu par son contrat de travail, avant toute déduction de cotisations obligatoires. Le salaire brut intègre :
    - Les heures supplémentaires et/ou complémentaires,
    - Les différentes primes, bonus, majorations,
    - Les heures d’absence pour cause de maladies,
    - Les heures de congés payés ou de jours fériés,
    - Pour certains cas comme sur le modèle, les paniers repas, qui sont des avantages en nature,
    - Un éventuel 13ème mois,
    - Et les absences (justifiées ou non).

    Assurance Santé (25)

    - Sécurité sociale – Maladie, maternité, invalidité, décès,
    - Complémentaire incapacité, invalidité, décès,
    - Complémentaire santé

    Accidents du travail / maladies professionnelles / Retraite (26)

    - Sécurité sociale plafonnée,
    - Sécurité sociale déplafonnée,
    - Complémentaire Tranche 1 (Tranche A pour les cadres),
    - Complémentaire Garantie minimale de points (pour les cadres),
    - Complémentaire Tranche 2 (Tranches B et C pour les cadres),
    - Supplémentaire

    Famille / sécurité sociale / Assurance chômage (27)

    - AGS,
    - APEC (pour les cadres)

    Autres contributions par l'employeur (28)

    Cette rubrique agrège les contributions exclusivement patronales. Elles sont en général plus élevées que les cotisations salariales :
    - Taxes de transport,
    - Effort construction,
    - Taxes d'apprentissage,
    - Formations,
    - Contribution dialogue,
    - FNAL,
    - Contributions solidarité autonomie.

    CSG/CRDS déductibles (29)

    Les CSG/CRDS contribuent aux financement de la protection socicale et est non imposable à l'Impôt sur le revenu.

    - CSG (Contribution Sociale Généralisée) n’est que partiellement déductible du revenu imposable. Elle participe au financement de la Sécurité Sociale.
    - CRDS (Contribution pour le Remboursement de la Dette Sociale) c’est pour financer la caisse d’amortissement de la dette sociale (CADES).

    Total des retenues (30)

    C'est la somme de toutes les cotisations salariales.

    Net imposable (31)

    Le net imposable correspond au salaire brut moins le total des retenues salariales.

    Notez que c'est ce montant là que vous devez déclarer aux Impôts.

    CSG/CRDS non déductible (32)

    Base sur le calcul de l'Impôt sur le revenu. Nous rajoutons une partie du CSG/CRDS qui a déjà été payé par le salarié et qui est soumis à l'impôt sur le revenu. On parle alors de CSG/CRDS non déductible.

    C'est pourquoi le net imposable est plus élevé que le net à payer.

    Avantages en nature (33)

    Les avantages en nature peuvent être un véhicule, un appareil électroménagé, repas, etc.

    Les avantages en naure sont les seules qui se présentent dans le brut et le net.

    Net à payer (34)

    Le net à payer est le montant que recevra le salarié sur son compte bancaire ou par chèque.

  • POUR AVOIR LE SALAIRE BRUT, IL FAUT EFFECTUER LES CALCULS SUIVANT

    Pour avoir le SALAIRE DE BASE
    Multipliez votre taux horaire par 151,67, soit :
    - 151, 67 x 10,085 = 1529,59 (35)

    C’est quoi ces 151,67 ?
    - C'est le nombre d’heures effectué par mois en se basant sur les 35h par semaine.
    - On multiplie les 35 heures par les 52 semaines de l’année, puis on divise le tout par les 12 mois de l’année. Ce qui fait (35 X 52) / 12 = 151,67 (36)


    Pour avoir les HEURES SUPPLÉMENTAIRES (37)
    Dans un premier temps, nous calculons le pourcentage des heures supplémentaires. Sur le modèle, on est basé sur 10% du salaire de base, soit :
    - (10,085 x 110) / 100 = 11,0935 l'heure supplémentaire,
    - Sur le modèle du bulletin de paie, le salarié a effectué 17,33 heures supplémentaires, soit :
            - 17,33 X 11,0935 = 192,25 euros

    À priori, les heures supplémentaires sont de 25% jusqu'à la 43ème heure, mais avec la convention collective de l'hôtellerie, les heures sup sont basées sur 10%.

    Pour avoir les AVANTAGES EN NATURE repas (38)
    Multipliez le nombre de repas pris par le montant à l'unité, soit :
            - 21 x 3,52 = 73,92 euros

    Pour avoir le SALAIRE BRUT (39)
    Additionnez tous les résultats obtenus ci-dessus pour obtenir le salaire brut, soit :
            - 1529,59 + 192,25 + 73,92 = 1795,76 euros

    MAINTENANT, ON VA CALCULER LE NET IMPOSABLE

    - Additionnez tous retenus salarials (40) pour obtenir le TOTAL DES RETENUES (41)
    - Ensuite, prenez votre Salaire Brut (39) et soustrayez par le total des retenues (41) et vous rajoutez la cotisation retraite (42) pour obtenir le Net Imposable (43), soit :
            - 1795,76 - 369,19 + 14 = 1440,57

    ET POUR FINIR, CALCULONS LE NET A PAYER :

    Prenez le Net Imposable (43) et soustrayez par toute cette partie là (44), soit :
    - 14 + 42,92 + 8,94 + 73,92 = 139,78
    - 1440,57 - 139,78 = 1300, 79 (45)

  • Cumuls d’heures et de jours

    - Heures période (46) : nombre d’heures travaillées dans le mois, soit les 151,67 + les heures supplémentaires
    - Cumul heures (47) : nombre d’heures travaillées depuis le 1er janvier de l’année en cours,
    - Cumul h.sup (48) : nombre d’heures supplémentaires depuis le 1er janvier de l’année en cours,
    - Solde rep remp (49) : nombre de jours de récupération cumulés par le salarié sur la période,
    - Solde rep récup (50) : nombre de jours de récupération pris par le salarié sur la période.

    Cumuls des salaires

    - Cumul bases (51) : somme des salaires de base depuis le 1er janvier de l’année en cours,
    - Cumul bruts (52) : somme des salaires bruts depuis le 1er janvier de l’année en cours,
    - Cumul imposable (53) : somme des salaires nets imposables depuis le 1er janvier de l’année en cours,
    - Cumul H Majorées (54) : somme des heures supplémentaires majorées depuis le 1er janvier de l’année en cours,

    Pour faire les calculs des cumuls, référencez-vous sur vos bulletins de paie précédents de l’année en cours.

  • Le coût global du salaire pour l’employeur (salaire brut (39) + contributions patronales (56) = Total versé employeur (55)),
    - Soit 355,62 + 1 795,76 = 2 151,38

    Vous avez sans doute remarqué que la partie (57) n'a pas été expliquée, parce qu'elle ne concerne que les employeurs.

  • Les mentions ci-dessous sont interdites dans les bulletins de paie :
    - Exercice du droit de grève,
    - Appartenance au IRP (peut avoir, en revanche une feuille annexe).

  • SOMMAIRE AVEC UN BULLETIN DE PAIE 2020
  • La première étape consiste à noter les heures de travail. Sur le bulletin de paie, les heures se comptent de la manière suivante :

    7h00 de travail : 7.00,
    7h15 de travail : 7.25,
    7h30 de travail : 7.50,
    7h45 de travail : 7.75,
    Etc.

  • Le bulletin de paie se présente de cette façon (cliquez sur l'image pour agrandir)


    Bulletin de paie 2020

    Toutes les mentions expliquées sur cette page sont obligatoires sur un bulletin de paie.

  • Dans l'en-tête du bulletin, on trouve les informations suivantes :

    Cliquez sur l'image pour l'agrandir.


    Bulletin de paie 2020

    Identité de l’employeur

    - Raison sociale de l’employeur (01)
    - Adresse postale (02) : ne cherchez pas cette entreprise, elle n’existe pas.
    - Numéro de Siret (03) : avec 14 chiffres.
    - Code NAF (04) : il permet de désigner l’activité principale de l’entreprise.

    Références du bulletin de salaire

    - Période couverte par le bulletin de salaire (05) : en général, il est sur le mois en cours.
    - Date de paiement du salaire (06) : sur le modèle, le bulletin de paie recouvre tout le mois de juillet 2020 et le salarié a été payé le 31 juillet 2020.

    Congés payés

    - Le CP-N1 (07) : fait référence aux congés payés acquis l’année précédente. Ils sont généralement comptées du 1er juin au 31 mai.
    - Le CP-N (08) : comptabilise les congés payés de l'année en cours.
    - Acquis (09) : nombre de jours de CP que le salarié a cumulé pendant son temps de travail.
    - Total pris (10) : cumul du nombre de jours déjà utilisé par le salarié.
    - Solde (11) : cumul des jours restants à prendre.

    Sur le modèle du bulletin de paie ci-dessus, le salarié a cumulé 30 jours ouvrables de congés payés en 2019, soit N-1.

    Comment sont calculés ces 30 jours ?

    - Selon la loi, un mois de travail = 2,5 jours ouvrables de congés payés acquis.
    - On a 12 mois dans l’année, soit 2,5 x 12 = 30 jours ouvrables de CP acquis.

    Sur le modèle de bulletin de paie, pendant l’année 2015, le salarié a utilisé 19 jours de congés et il lui reste 11 jours à prendre.
    Pour l’année 2019, il a cumulé 5 jours de congés qu'il n'a pas encore utilisé.

    Si le salarié avait voulu prendre des vacances en août, il aurait pris jusqu’à 16 jours de vacances, soit, 11 + 5 = 16.

    Matricule et Numéro de Sécurité Sociale

    - Le matricule (12) : c'est le numéro du salarié au sein de l’entreprise.
    - NoSécu (13) : Numéro de Sécurité Sociale du salarié.

    Identité, adresse du salarié avec les références du poste occupé par le salarié.

    - Date d’entrée en poste (14) : Le salarié était rentré le 3 avril 2019 dans l'entreprise.
    - Emploi (15) : poste occupé dans l’entreprise. Sur l'exemple, le salarié était réceptionniste de nuit.
    - Ancienneté dans l’entreprise (16) : le salarié a une ancienneté de 4 ans.
    - Qualif (17) : statut du salarié : Employé, Cadre, etc.
    - Classification (18) : classification selon la convention collective.
    - Coefficient (19) : coefficient selon la convention collective.
    - SMIC Horaire (20) : valeur du SMIC horaire en euros fixé par la loi. En 2020, le SMIC est de 10,15 euros et change tous les ans.
    - Plafond sécu (21) : Plafond de la Sécurité Sociale fixé par la loi. Il est utile pour déterminer la base de calcul des cotisations. Les plafonds changent tous les ans.

  • Convention Collective applicable

    A référencer obligatoirement en pied de page pour connaître le type d’entreprise dans laquelle le salarié travaille. (22)

    Autre mention obligatoire

    "Conservez ce bulletin de salaire sans limitation de temps"

  • Cliquez sur l'image pour l'agrandir


    Bulletin de paie 2020

    Nous allons d’abord vous expliquer brièvement à quoi correspondent ces chiffres, puis, nous vous détaillerons les calculs de bases.

    Salaire de base (23)

    Le salaire de base est la prestation versée par l'employeur à son salarié en contrepartie de son travail, selon le contrat de travail. Il est fixe, sauf quand il y a modification (promotion, mi-temps, temps plein, etc.)

    Le salaire de base correspond au taux horaire fixé par le contrat de travail multiplié au nombre d'heures de travail effectif. Il ne comprend ni les primes ni les heures supplémentaires, ni les avantages en nature.

    En revanche ils peuvent aussi apparaître :
    - Le salaire de rendement,
    - les commissions VRP,
    - Etc.

    Salaire brut (24)

    Le salaire brut correspond à l’intégralité des sommes perçues par le salarié prévu par son contrat de travail, avant toute déduction de cotisations obligatoires. Le salaire brut intègre :
    - Les heures supplémentaires et/ou complémentaires,
    - Les différentes primes, bonus, majorations,
    - Les heures d’absence pour cause de maladies,
    - Les heures de congés payés ou de jours fériés,
    - Pour certains cas comme sur le modèle, les paniers repas, qui sont des avantages en nature,
    - Un éventuel 13ème mois,
    - Et les absences (justifiées ou non).

    Assurance Santé (25)

    - Sécurité sociale – Maladie, maternité, invalidité, décès,
    - Complémentaire incapacité, invalidité, décès,
    - Complémentaire santé

    Assurance Accidents du travail / Maladies professionnelles (26)

    Assurance Retraite (27)

    - Sécurité sociale plafonnée,
    - Sécurité sociale déplafonnée,
    - Complémentaire Tranche 1 (Tranche A pour les cadres),
    - Complémentaire Garantie minimale de points (pour les cadres),
    - Complémentaire Tranche 2 (Tranches B et C pour les cadres),
    - Supplémentaire

    Allocation Famille (28)

    Assurance chômage (29)

    - AGS,
    - APEC (pour les cadres)

    Autres contributions par l'employeur (30)

    Cette rubrique agrège les contributions exclusivement patronales. Elles sont en général plus élevées que les cotisations salariales :
    - Taxes de transport,
    - Effort construction,
    - Taxes d'apprentissage,
    - Formations,
    - Contribution dialogue,
    - FNAL,
    - Contributions solidarité autonomie.

    CSG/CRDS déductibles (31)

    Les CSG/CRDS contribuent aux financement de la protection socicale et est non imposable à l'Impôt sur le revenu.

    - CSG (Contribution Sociale Généralisée) n’est que partiellement déductible du revenu imposable. Elle participe au financement de la Sécurité Sociale.
    - CRDS (Contribution pour le Remboursement de la Dette Sociale) c’est pour financer la caisse d’amortissement de la dette sociale (CADES).

    Réduction patronale (32)

    Quand un salarié atteint un certaine seuil en brut, la réduction diminue, voire disparaît.

    Total des retenues (33)

    C'est la somme de toutes les cotisations salariales.

    Net imposable ou net fiscal (34)

    Le net imposable sert à calculer l'impôt sur le revenu et il correspond au salaire brut moins le total des retenues salariales.

    Notez que c'est ce montant là que vous devez déclarer aux Impôts.

    CSG/CRDS non déductible (35)

    Base sur le calcul de l'Impôt sur le revenu. Nous rajoutons une partie du CSG/CRDS qui a déjà été payé par le salarié et qui est soumis à l'impôt sur le revenu. On parle alors de CSG/CRDS non déductible.

    C'est pourquoi le net imposable est plus élevé que le net à payer.

    Avantages en nature (36)

    Les avantages en nature peuvent être un véhicule, un appareil électroménagé, repas, etc.

    Total des retenues et remboursements (37)

    Qui représente en général les CSG/CRDS imposables et les avantages en nature.

    Net à payer avant le prélèvement

    Prélèvement à la source (38)

    Depuis 2019, les imp^ôts sur le revenues sont directement prélevés tous les mois sur le bulletin de salaire.

    Les avantages en naure sont les seules qui se présentent dans le brut et le net.

    Net à payer (39)

    Le net à payer est le montant que recevra le salarié sur son compte bancaire ou par chèque.

  • POUR AVOIR LE SALAIRE BRUT, IL FAUT EFFECTUER LES CALCULS SUIVANT

    Pour avoir le SALAIRE DE BASE
    Multipliez votre taux horaire par 151,67, soit :
    - 151, 67 x 11,50 = 1744,21 (40)

    C’est quoi ces 151,67 ?
    - C'est le nombre d’heures effectué par mois en se basant sur les 35h par semaine.
    - On multiplie les 35 heures par les 52 semaines de l’année, puis on divise le tout par les 12 mois de l’année. Ce qui fait (35 X 52) / 12 = 151,67 (36)


    Pour avoir les HEURES SUPPLÉMENTAIRES (41)
    Dans un premier temps, nous calculons le pourcentage des heures supplémentaires. Sur le modèle, on est basé sur 10% du salaire de base, soit :
    - (11,50 x 110) / 100 = 12,65 l'heure supplémentaire,
    - Sur le modèle du bulletin de paie, le salarié a effectué 17,33 heures supplémentaires, soit :
            - 17,33 X 12,65 = 219,22 euros

    À priori, les heures supplémentaires sont de 25% jusqu'à la 43ème heure, mais avec la convention collective de l'hôtellerie, les heures sup sont basées sur 10%.

    Pour avoir les AVANTAGES EN NATURE repas (42)
    Multipliez le nombre de repas pris par le montant à l'unité, soit :
            - 21 x 3,52 = 73,92 euros

    Pour avoir le SALAIRE BRUT (43)
    Additionnez tous les résultats obtenus ci-dessus pour obtenir le salaire brut, soit :
            - 1744,21 + 219,22 + 73,92 = 2 037,35 euros

    MAINTENANT, ON VA CALCULER LE NET IMPOSABLE (47)

    - Additionnez tous retenus salarials (44) pour obtenir le TOTAL DES RETENUES (46)
    - Ensuite, prenez votre Salaire Brut (43), soustrayez par le total des retenues (46) puis, rajoutez la complémenaire santé de 10,63 pour obtenir le Net Imposable (47), soit :
            - 2 037,35 - 384,58 + 10,63 = 1663,40

    LE TOTAL DES RETENUES ET REMBOURSEMENTS (49)

    On additionne la CSG/CRDS imposable + les avantages en nature (48), ce qui nous revient :
            - 58,53 + 73,92 = 132,45

    LE PRELEVEMENT A LA SOURCE (50)

    Nous prenons le net fiscal (47) et nous le multiplions par le taux que le salarié doit, et nous obtenons le montant du prélèment à la source (50).

    ET POUR FINIR, CALCULONS LE NET A PAYER :

    Prenez le Net à payer avant prélèvement à la source et soustrayez par le prélèvement à la source (50) soit :
    - 1 520,32 - 11,64 = 1 508,68 (51)

  • Cumuls d’heures et de jours

    - Heures période (52) : nombre d’heures travaillées dans le mois, soit les 151,67 + les heures supplémentaires
    - Cumul heures (53) : nombre d’heures travaillées depuis le 1er janvier de l’année en cours,
    - Cumul h.sup (54) : nombre d’heures supplémentaires depuis le 1er janvier de l’année en cours,

    Cumuls des salaires

    - Cumul bases (55) : somme des salaires de base depuis le 1er janvier de l’année en cours,
    - Cumul bruts (56) : somme des salaires bruts depuis le 1er janvier de l’année en cours,
    - Cumul imposable (57) : somme des salaires nets imposables depuis le 1er janvier de l’année en cours.

    Pour faire les calculs des cumuls, référencez-vous sur vos bulletins de paie précédents de l’année en cours.

  • Le coût global du salaire pour l’employeur (salaire brut (43) + contributions patronales (59) = Total versé employeur (58)),
    - Soit 2 037,35 + 575,96 = 2 613,31

    Vous avez sans doute remarqué que la partie (59) n'a pas été expliquée, parce qu'elle ne concerne que les employeurs.

  • Les mentions ci-dessous sont interdites dans les bulletins de paie :
    - Exercice du droit de grève,
    - Appartenance au IRP (peut avoir, en revanche une feuille annexe).

linkedin tweeter facebook

D'autres articles sur la loi du travail en France et les contrats de travail à lire aussi...

Les CDI - Vie-Pro

Les CDD - Vie-Pro

Les autres contrats de travail - Vie-Pro

Conges payes - Vie-Pro

Conges maternite - Vie-Pro

Periode d'essai - Vie-Pro

Demission - Vie-Pro

Licenciement - Vie-Pro

Rupture conventionnelle - Vie-Pro

Organisation papiers - Vie-Pro

Bulletin - Vie-Pro

Bulletin de paie 2 - Vie-Pro

Bulletin de paie

Dernière vidéo en ligne

video Vie-Pro

Abonnez-vous sur la chaîne YouTube de Vie-Pro

chaîne youtube de Vie-Pro

Likez aussi la page facebook pour suivre toute l'actualité

page facebook de Vie-Pro

Aidez mon site et ma chaîne Youtube à évoluer avec vos dons Tipeee

Tipeee Vie-Pro

Les autres articles

Les CDI - Vie-Pro

Les CDD - Vie-Pro

Les autres contrats de travail - Vie-Pro

Conges payes - Vie-Pro

Conges mat - Vie-Pro

Periode d'essai - Vie-Pro

Demission - Vie-Pro

Licenciement - Vie-Pro

Rupture conventionnelle - Vie-Pro

Organisation papiers - Vie-Pro

Bulletin - Vie-Pro

Bulletin de paie 2 - Vie-Pro

Catégories YT | Plan du site | FAQ | Mentions légales | CGV | Contact | © 2018 - 2020 Vie-Professionnelle.fr

chaîne youtube de Vie-Pro       page facebook de Vie-Pro       Tipeee Vie-Pro